Women take the leading role in business

iStock

«Plus de diversité pour davantage de réussite»

Entreprise

EY en suisse relève de grands challenges: L’entreprise se positionne en faveur d’une diversité accrue dans son propre domaine et s’est fixée en ce sens des objectifs ambitieux. Dans cet entretien, Robin Errico, Partner chez EY en suisse et responsable de la «diversité et de l’intégration» (D&I), s’explique sur la manière dont elle souhaite atteindre ces objectifs et en quoi cela va profiter aussi bien salariés qu'aux entreprises.

SMA

Robin Errico, vous êtes Partner et «Chief Risk Officer» chez EY en suisse. Vous avez cependant un autre rôle dans l’organisation, celle de «Responsable de la diversité et de l’intégration». De quoi s’agit-il ?

Le domaine d’activité de la «diversité et de l’intégration» (D&I) couvre de nombreux aspects et activités. Concrètement, il s’agit de permettre aux personnes de différentes ethnies, cultures, genres, générations ainsi que conditions physiques d’avoir un accès équitable aux entreprises. En parallèle, elles doivent pouvoir évoluer dans un environnement de travail favorisant une collaboration idéale et offrant différentes opportunités de carrières attractives. C’est exactement ce à quoi nous aspirons en Suisse chez EY. En tant que responsable de la D&I, ma mission consiste à superviser nos différentes équipes et à coordonner nos actions afin de concrétiser cet environnement de travail.

Cela ressemble à un véritable challenge.

Absolument. C’est la raison pour laquelle nous abordons ce challenge avec beaucoup de motivation et travaillons constamment sur des solutions réalisables. Par exemple, en Suisse, des sujets tels que «l’absence de femmes à des postes de direction» ainsi que «l’inégalité salariale» sont malheureusement encore d’actualité. Chez EY, nous avons résolu ces derniers problèmes de manière très pragmatique: chez nous règne l’égalité salariale absolue, pour laquelle nous avons même été récompensés par un certificat. À travail égal, salaire égal représente pour nous une condition essentielle à un environnement de travail positif. En revanche, la question relative à l’augmentation du nombre de femmes à des postes de direction en entreprise est clairement plus complexe. Sur ce point, nous devons prendre des mesures à différents niveaux.

Comment cela fonctionne-t-il en pratique?

D’une part, lors du recrutement, nous devons nous assurer que les personnes dont nous avons besoin sont recrutées sur les bons postes. C’est la raison pour laquelle nous entretenons par exemple des liens avec les instituts de formation. De plus, notre vaste réseau international s’avère bénéfique. D’autre part, après la phase de recrutement, il s’agit ensuite de maintenir les bonnes personnes en entreprise et de les encourager. Sur ce point, il s’agit de prendre en considération les conditions de vie de chaque personne et de leur ouvrir les options adaptées. De nombreuses femmes et hommes souhaitent par exemple avoir la possibilité de travailler de manière flexible et/ou à temps partiel afin d’harmoniser leur vie professionnelle et leur vie de famille. En tant qu’employeur, nous sommes également confrontés à la question clé de la préparation individuelle des plans de carrière des collaboratrices et des collaborateurs.

Par conséquent, une carrière dans votre entreprise est-elle faite «sur-mesure»?

Nous n’allons pas encore aussi loin (elle rit). Naturellement, les parcours de carrière sont définis dans une certaine mesure. Cependant, à l’intérieur de cette structure, existent de nombreuses options pour les collaborateurs EY, afin d’adapter leurs parcours individuellement. Cela permet une grande réactivité intellectuelle et d’action aussi bien pour EY en tant qu’employeur que pour nos collaborateurs. Et nous travaillons constamment afin de maintenir et de favoriser  cette réactivité.

À travail égal, salaire égal représente pour nous une condition essentielle à un environnement de travail positif.

Les avantages de la « Diversité et de l’Intégration » auprès des salariés sont indéniables. Néanmoins, quels bénéfices l’entreprise en tire-t-elle ?

De multiples analyses et études montrent qu’une entreprise qui soigne son ouverture en matière de culture professionnelle sans barrières et qui prend les mesures dans le domaine de la D&I bénéficie d’avantages financiers directs. Cela n’est pas surprenant, il est finalement logique et compréhensible qu’une plus forte motivation salariale ainsi qu’un renforcement du lien envers l’entreprise conduit à une meilleure performance, sans parler d’une efficacité et d’une productivité accrues. Et ce ne sont que les faits économiques purs. D’autres avantages sont également liés comme une augmentation de la satisfaction générale au travail, plus de créativité à travers les équipes multiculturelles ainsi qu’une culture d’entreprise positive et favorisant l’intégration. En résumé: Plus de diversité pour davantage de réussite.

Existe-il des objectifs concrets de D&I qu’EY s’est fixée en Suisse?

Il y en a et nous les avons formulé de manière responsable et ambitieuse : ainsi, nous souhaitons embaucher à court terme autant de femmes que d’hommes susceptibles d’encourager la multiculturalité dans notre entreprise et nous souhaitons également offrir dans l’idéal à nos collaborateurs des conditions cadres adaptées à leurs conditions de vie. Pour ce faire, nous devons embaucher 25 pour cent de femmes au total dans l’entreprise à l’horizon 2020. Nous ne percevons cependant pas ces objectifs sous forme de quotas qui doivent simplement être respectés, mais plutôt comme un projet ambitieux de nature à rendre notre entreprise meilleure.

Errico-Robin- HQ Colour-3À propos
Depuis juillet 2017, Robin Errico occupe le poste de «Directrice de la gestion des risques » chez EY en Suisse. En outre, elle est également associée d’audit ainsi que «Responsable de la diversité et de l’intégration». L’année dernière, Robin Errico a été élue «Femme de l’année 2017» par le magazine «Women in Business».